Vous avez dit « sur la touche » ?

Poster un commentaire

11 octobre 2014 par Julie Curien

Petits papiers au gré du ventUn roman de lendemains d’une coupe du monde sud-américaine : Petits papiers au gré du vent [titre original : Papeles en el viento], de l’écrivain argentin Eduardo Sacheri (1967 – ), publié par les éditions Héloïse d’Ormesson en 2014. Une lecture divertissante, presque légère, démarrant pourtant sur l’enterrement d’un personnage principal… mais relativisons de suite, en le désignant exclusivement par son surnom affectif trouvé par ses deux meilleurs amis et son grand frère : le Singe, en raison d’une aventure enfantine dans les arbres qui avait failli tourner mal… préfigurant ainsi la mort précoce de ce jeune homme bourré d’énergie.

En quelques mots : le disparu voulait être footballeur… le talent lui manquant, il suit des études d’ingénieur informatique, embrassant cette profession rentable quelques années, avant de demander à être licencié, pour mieux se retrouver ; sa vie amoureuse, avec une collègue, bat de l’aile, malgré la naissance d’une petite fille, à qui il transmet sa passion pour le ballon rond ; il décide de revenir à ses premières amours, en investissant dans un footballeur prometteur, mais l’histoire se répète, et la carrière du poulain végète, ruinant son nouveau propriétaire ; enfin,ce dernier apprend qu’il est atteint d’un cancer du pancréas… qui aura donc raison de lui. 

La force de cette œuvre ? Les aléas de l’amitié soudant hier et aujourd’hui cette bande d’amis, qui, de page en page, vont tenter, bon gré mal gré, de combines en magouilles, mais aussi beaucoup d’honnêteté, de sauver l’héritage du Singe afin de participer à l’éducation de sa fille. Cette quête permet l’exploration du monde footballistique — des joueurs aux agents en passant par les journalistes et investisseurs… sans oublier les acteurs sans doute les plus importants : les spectateurs, fervents supporters —, mais aussi de différentes strates de la société, à travers les différents métiers — prof, avocat, entrepreneur — des quatre zouaves. Un vent d’optimisme accompagne ce récit qui plonge au cœur de Buenos Aires : la mort est sublimée par la vie. 

Bonus : vous pouvez télécharger le premier chapitre sur le site de l’éditeur : http://www.editions-heloisedormesson.com/livre/petits-papiers-au-gre-du-vent/ !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Auteur de ce blog : Julie Curien
Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 non transposé.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 600 autres abonnés

Mon profil sur Babelio.com
Vimeo
%d blogueurs aiment cette page :