Lusitania, colonie brésilienne

Poster un commentaire

12 août 2013 par Julie Curien

Après Planète à louer, voici le deuxième billet de ce blog consacré à une autre planète, par la vertu de la SF : quittons donc notre drôle de Terre pour Lusitania !

Lusitania : la planète dont il est le plus question dans le remarquable cycle d’Ender, signé du maître Orson Scott Card. Après le tome 1, livre culte (à lire de toute urgence plutôt que d’aller voir le film !), l’auteur met en scène ce nouveau monde dès le tome 2, et continue de suivre l’intense et mouvante activité de cette planète mystérieuse jusqu’au tome 4 qui clôt le cycle.

Et cette planète, peut-être l’aurez-vous deviné à son nom et sa mention dans ce blog, se trouve être une colonie brésilienne :

En l’an 1830, après la constitution du Congrès Stellaire, un vaisseau éclaireur automatisé transmit un rapport par ansible : la planète qu’il examinait entrait tout à fait dans le cadre des paramètres de l’existence humaine. La planète la plus proche ayant un problème de population était Bahia : le Congrès Stellaire lui accorda une autorisation d’exploration.

Ainsi, les premiers être humains qui posèrent le pied sur ce nouveau monde parlaient portugais, étaient de culture brésilienne et de religion catholique. En 1886, ils descendirent de leur navette, se signèrent et baptisèrent la planète : Lusitania, ancien nom du Portugal.

Oui da, mais que vaut à Lusitania l’honneur de constituer le cadre d’action principal du monument d’Orson Scott Card ? Je vous soumets quelques hypothèses cumulatives :

  • une population limitée, induite par la taille et la composition de ce monde : cette restriction permet à l’auteur & au lecteur de maîtriser ses personnages sur le bout des doigts, et de prendre la température de l’humanité, aussi bien en termes de passions désarticulées que de raisonnement et d’organisation ;
  • la concentration inédite d’esprits brillants : sur cette planète, la terraformation nécessite notamment la constitution d’une communauté scientifique, dont la survie de la population locale dépend ;
  • une quête de sens s’appuyant sur le (les) religion (s) et la (les) politique (s), ou comment les acteurs de ces pouvoirs (ré)apprennent à les connaître et les interroger pour vivre ensemble.

Couverture - Les Enfants de l'esprit

A ce triple titre, Lusitania incarne le lieu possible des expérimentations dans le domaine qui intéresse ici Orson Scott Card : le rapport entre l’espèce humaine et les autres espèces, qui se régule dans la durée seulement. Le temps d’arriver à comprendre, le temps de communiquer, voire communier. A Lusitania en effet cohabitent, bon an mal an, deux, trois, quatre, cinq ? espèces différentes… qui fondent, telle une forêt enchantée, la diversité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Auteur de ce blog : Julie Curien
Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 non transposé.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 600 autres abonnés

Mon profil sur Babelio.com
Vimeo
%d blogueurs aiment cette page :